Le selfie est mort, vive le narcissisme !

Un peu de franchise ne fait de mal à personne. Depuis le temps qu’on en demande, le moment est venu de briller de sa superbe, et cette fois-ci sans langue de bois. Même la mode joue avec la transparence de ses matières, et met à l’honneur des couleurs bien tranchées.

Si 2014 n’est pas l’année de la raison, (on ne l’a pas retrouvée depuis le passage de Brad, mais c’était inévitable a t-il conclu), elle est bien celle de la vérité. Halte au selfie, au superflu, à la demi-mesure : place à l’intense, au vrai.
Pourquoi une telle idée ? Parce que le selfie n’est qu’à moitié du narcissisme, et puisque ce dernier est le fondement de la confiance en soi, alors nous le vivrons pleinement. C’était déjà le message de Lanvin pour l’été 2009, dont l’effet miroir séduit toujours aujourd’hui, tant sur papier qu’à l’écran.


Le selfie est un concept dont on aurait bien pu se passer. Nos ancêtres peignaient leurs autoportraits, nos aïeux ont découvert le retardateur après avoir expérimenté le principe du miroir. Quant à nous, petits joueurs, nous arrivons avec notre nouveauté calquée sur le même principe, plus sociale, et qui prend le nom de « selfie ». Une idée dans l’ère du temps, sauf que cette célébration de l’égo dérive du divertissement à l’obsession de soi. Cette mode sans épaisseur se voit rappelée à l’ordre par le syndrome du plat préparé (beau sur le carton, décevant en réalité).
De plus, à y réfléchir le selfie bafoue les éléments fondamentaux à l’accomplissement du narcissique esthète qui sommeille en nous. Nous le savons éperdument, on ne capte pas l’attention sans une belle mise en scène, des décors et des costumes attirant l’œil. Or il est impossible de maitriser tous ces détails dans l’instantané… ou alors vous mentez.
Suivons plutôt les conseils de Tom Ford. Cet été le créateur nous invite à vivre à fond la proclamation de notre personne, à travers une théâtralisation qui ne laisse place à aucune ambigüité sur notre pouvoir de séduction. Pour cela vous parierez sur des couleurs intenses, ou sur la transparence des matières. Il vous faudra aussi une bonne poignée d’amis pour le décor.

 


Par ailleurs le selfie est une pratique qui consiste à s’aimer sans aller jusqu’au bout. Quel dommage ne trouvez-vous pas ? S’aimer et le faire savoir c’est déjà un bon début, mais alors pourquoi ne pas passer à l’étape suivante, celle du baiser ? Pas possible me dites-vous ? Et pourtant si ! Référons-nous à la sulfureuse Cara Delevingne, car la déesse du selfie est passée au niveau supérieur. Dans le film « From Lips to love » présenté par Yves Saint Laurent, la top s’embrasse grâce à son reflet dans un miroir. La promesse du « tout commence sur les lèvres » laisse à penser que le meilleur reste à venir.
S’aimer et tout attendre en retour… n’est-ce pas magnifique ce grand optimisme ?

)


Enfin, ceux qui ont l’âme bricoleuse pourront créer une poupée à leur effigie. Une sorte de mini-soi, comme on l’a vu sur le défilé Fendi par exemple. Vous penserez à l’exhiber bien fièrement en toutes circonstances, et là, ce sera vraiment la classe ;)

Vous l’aurez compris l’intérêt du narcissisme, plus entier et intense qu’un selfie, est qu’on en arrive à saturation, (sauf pour Karl). Une fois la sagesse retrouvée, vous serez alors libre de basculer dans une nouvelle posture, autrement sincère mais pas moins riche : celle de la discrétion.