Discipline Locale


Résistance au global et au gâchis, l’heure des revendications a sonné. Le moment est venu d’agir collectivement pour dire STOP à la pollution de tout ordre. 

APPEL À LA CRÉATIVITÉ. Ouvrez grands vos yeux et vos oreilles, voici venue la première étape d’une grande bataille qui fera couler plus d’encre que de sang. L’assaut est lancé. Resserrons nos rangs, impressionnons l’ennemi : commençons par clamer la puissance de nos forces vives et choisissons un message qui mettra tous les français d’accord : vive le « MADE IN FRANCE ».

Echappatoire à la réalité économique, il est un argument auquel on peut croire. D’une part parce qu’il valorise un savoir-faire ancestrale, mais aussi parce qu’il donne l’opportunité de valoriser et revisiter des produits de valeur sûre.
Si aujourd’hui il est encore un marché de niche, de manière certaine, il est générateur d’inspirations et de nouvelles idées.

Voici 5 bonnes raisons de participer à cette offensive collective.

Raison n°1 : Les péripéties de Lejaby nous ont rendu plus solidaires autour de notre savoir-faire français.

Nous avons un savoir-faire français et il est précieux. Les initiatives autour du relancement de la Maison Lejaby nous l’ont rappelées. 

Alain Prost a ouvert une nouvelle page dans l’histoire de la Maison Lejaby en se lançant dans la haute couture. Le premier défilé de Lejaby Couture présenté en juillet dernier était exclusivement composé de pièces « made in France ».



Par ailleurs, après un appel aux dons qui a récolté plus de 65 000 euros auprès de 6 000 personnes, Muriel Pernin est sur le point de lancer un atelier près de Lyon. Voyant cette fermeture comme « la perte d’un savoir-faire séculaire, dans une région berceau de la couture », elle a reçu le soutien de milliers de personnes. 

Aussi, un fournisseur de la Maison Louis Vuitton a repris l’usine d’Yssingeaux pour démarrer une reconversion dans le cuir, et l’usine de Bourg en Bresse devrait se spécialiser dans la soie sous la marque « Monette Paris ».


Raison n°2 : Car nous sommes tous Vaillants, Intrépides et Triomphants sur les réseaux sociaux.

A l’instart du Slip Français, nous pouvons lancer notre plus belle offensive depuis le sommet de la vague.

Fondé en septembre 2011, Le Slip Français a surfé sur la vague du « made in France » prôné par les candidats à la présidentielle pour se faire connaître. Une idée à la fois amusante et pertinente qui a marqué les esprits, et dont les images ont fait le tour des réseaux sociaux.



Raison n°3 : Car un tricolore au vert = nouveau départ en perspective.

Gage de qualité mis en lumière par la vague green, le « made in France » apporte un souffle de fraîcheur aux marques même les plus vertes. 

Post Diem, (qui signifie le jour d’après) est une marque d’inspiration méditerranéenne, éco-friendly et « made in France » qui vient de voir le jour. Les deux créatrices comptent développer leurs points de vente dans des concept-stores spécialisés en valorisant le « made in France », plus que le bio, pas assez « mode ».


Raison n°4 : Apporter du renouveau dans le vent.


Vestiaire rétro-bourgeois twisté par quelques touches de rocks, Madame à Paris prend un nouvel élan avec des collections à 80% « Made in France ». Rachetée il y a deux ans, la marque prend un nouveau virage sous les couleurs tricolores pour mieux dynamiser son développement. 


La marque de baggages LEON FLAM repose sur une conception et une fabrication artisanale française. Inspirée par ses premiers clients aviateurs, le courage et la détermination sont des valeurs fortes qu’elle véhicule. Aujourd’hui LEON FLAM accompagne l’homme dans les aventures de notre époque sous une nouvelle image résolument française.

Raison n°5 : par ce que les plus grandes Maisons ne pouvaient pas se tromper.

La valorisation du particularisme régional.
Une tendance qui n’est pas nouvelle pour les Maisons les plus visionnaires.
En 2010 Prada lançait la collection « Made in… » , convaincue que « la globalisation offre des opportunités qui vont au-delà de l’uniformisation ». 

Et le « made in » et une stratégie qui paie. 

Fin août le groupe italien Salvatore Ferragamo annonçait une hausse de son bénéfice net sur le premier semestre de 22,5 % par rapport à l’exercice précédent (soit 55,9 millions d’euros). Selon le groupe ces résultats seraient dus au succès de sa stratégie mettant en avant le « made in Italy ».


Par ailleurs, en 2009 Hermès créait en Chine la marque Shang Xia : une vitrine du savoir-faire chinois. Shang Xia ouvrira bientôt ses portes à Paris rue de Sèvres en décembre 2012. 
Voici pour finir, les premières photos de la boutique.