Chanel N°5 incarné par Brad Pitt


« Do you feel lucky ? Why ? »

« Are you going somewhere ? Where ? »
« What’s the Mystery ? »


Depuis une semaine Chanel nous tient en haleine avec un teasing annonçant la nouvelle campagne  N°5. Un enjeu commercial fort pour la Maison dont il est difficile de ne pas parler en ce lundi matin, date de son lancement à la télévision.
« There you are ». On y retrouve Brad Pitt, la nouvelle égérie du parfum, en poète à la voix envoûtante, images noir et blanc, dans un décor brut très minimaliste.

 
La campagne met l’accent sur la beauté éternelle de l’essence, « INÉVITABLE » par nature, dans la simplicité, et sous l’aura de la star. 
campagne_chanel_n_5_brad_pitt
Un minimalisme qui va dans la continuité du film présenté en mars dernier par le photographe Guido Mocafico : « A drop of CHANEL N°5, and nothing else« , en référence à Marilyn Monroe.

C’est aussi une rupture, par rapport aux campagnes précédentes plus sophistiquées, et surtout car pour la première fois, un homme incarne un parfum féminin.

POUR LA PREMIÈRE FOIS, voici le message qu’il faut retenir de cette campagne, comme l’avait annoncé la Maison sur son nouveau site Inside. Un message fort, presque martelé, qui ramène l’histoire de N°5 dans le présent pour l’ancrer dans son temps.


POUR LA PREMIÈRE FOIS.

Une rupture qui témoigne du poids de cette fragrance dans l’héritage de la Maison, et qui fait écho à un pilier historique de Chanel : la Montre PREMIÈRE, lancée en 1987, par Jacques Helleu. Le cadran de la montre rappelle la forme de la Place Vendôme et le bouchon du flacon de N°5.

Montre-Premiere-chanel


Une campagne qui répond aussi à un certain concurrent qu’on Adore sûrement mais autrement. Si les deux parfums se disputent la première marche du podium des ventes, leurs parti-pris sont radicalement opposés.
Présentée l’année dernière, la campagne Dior J’adore misait dans la surenchère, et sa performance relevait alors plus de la technique que de l’histoire.


Alors que la femme Chanel est irrémédiablement plus maternelle et rassurante, la femme Dior, sophistiquée, pétillante et parfois même amusante, se montre plus sophistiquée. 
La Reine et la Princesse s’admirent, s’épient, mais restent toujours fidèles à elles-mêmes.

Comments ( 1 )

Comments are closed.