Luxe : mode d’emploi

Concentré d’énergie à haute créativité, le luxe se cultive avec talent. Cet été, le passage de Retz présente son mode d’emploi au luxe, présentant quelques rouages et mécaniques bien rodés, ainsi que des mises en garde avant utilisation, afin d’éviter certains mauvais réglages. Un angle très pragmatique et peu conventionnel pour présenter cet univers qui valorise tant l’émotion.

« Une dépense qui se présente sous différents aspects : parades amoureuses, sacrifices, rituels et autres ornementations superflues » : les propos de Georges Bataille dans « La Part maudite » nous guident tout au long de cette réflexion sur le luxe.

Selon Pierre Cardin, le luxe peut être « poésie, pureté… », à l’image de ses robes de pétales qui clôturaient son défilé haute couture en septembre 1979. 
Il est aussi synonyme de détail, comme le photographe Guy Bourdin le soulignait en 1980 : il révèle le « travail des brodeuses, des plisseuses, des pailleteuses et des créateurs de tissus ».


En 1946 Louis Aragon s’était interrogé sur les prémisses du luxe : « (…) la naissance du luxe, les mains patientes et légères qui touchent la toile et le papier, les mains habiles, longuement, longuement éduquées, qui font de ce qui n’était rien ce qui a cette vertu du luxe, dont il faudra encore de grands bouleversements du monde, pour que nous la comprenions …(…)». (« Trésors de la Peinture Française » – Apologie du luxe.)


Si le luxe entretient une relation privilégiée avec la création, le succès de l’artiste doit-il toujours flatter le goût du public ? 

Man lighting girls cigarette – Irving Penn  (1949)

Surprenant, éphémère, avant-gardiste, tel ce pop-up store Prada, installé en 2005 au milieu du désert, les Maisons s’expriment autour d’initiatives toujours plus innovantes.

Par Michael Elmgreen et Ingar Dragset, deux artistes scandinaves.

Le luxe est aussi controversé. Il fait aussi l’objet de sacrifices financiers, artistiques, écologiques, parfois même, on va jusqu’à lui sacrifier sa vie.
Tom Sachs – Chanel Guillotine – 2000

Kata Legrady – Balançoire (monture Hermès) – 2012


Damien Hirst – For the love of god – 2007

Mais le luxe, c’est avant-tout un art de vivre qui traverse le temps.

Les fêtards de Deauville – Walter Carone (1948)

La frivolité, les repas champêtres, les voyages, réservés à la haute bourgeoisie jusqu’à une certaines époque, et ces dorures, l’or, le vermeil, accompagnaient le quotidien des classes les plus aisées. La fourrure aussi, a fait son apparition dans l’univers du luxe, sous l’impulsion du fourreur Henri Chombert. Après avoir habillé l’armée, il a été le 1er de son métier à inviter des stylistes de mode, toujours en se souciant de créer des vêtements pratiques et légers.


Chombert Fourrures a été crée en 1913 
Enfin pour conclure, n’oublions pas cette phrase de Voltaire : 
« On a déclamé contre le luxe depuis deux mille ans, en vers et en prose, et on l’a toujours aimé ».

Exposition Luxe : mode d’emploi
Passage de Retz
Jusqu’au 16 septembre 2012

Comments ( 1 )

Comments are closed.